remy-reichhart.fr

Banniere-2020-2021.jpg

Samedi 6 mars 2021

Accueil

 

Admin

Fichiers audio / vidéo

Liens audio - France Culture

Vidéos pédagogiques

Cahier de textes - séries G


Année scolaire 2019 / 2020
Séries générales
Ce cahier de textes reprend le plan du cours en détaillant les points abordés en classe
Les détails (en bleu) seront mis en ligne en fonction de la progression du cours.


I – La liberté

Introduction méthodologique : comment aborder une notion abstraite ?
Adopter une logique notionnelle : nature / existence / valeur = ce que c'est, comment cela fonctionne et ce que cela vaut.
Pour la partie "nature" (définition), il y a au moins trois manières de définir un terme :
- Une définition "positive"
- Une définition par opposition ou par comparaison
- Une définition par l'étymologie.
Deux exemples : philosophie et liberté.

Une autre approche méthodique : le plan dialectique.
Doxa, paradoxe et thèse.
Un exemple : la liberté comme libre velléité, la liberté dans le respect d'autrui et la liberté sous la forme de l'autonomie.

Introduction

Il y a trois manières de penser la liberté :
- René Descartes Discours de la méthode : la volonté.
- Spinoza L’Éthique : le déterminisme.
- Jean-Paul Sartre L'existentialisme est un humanisme: l'existentialisme.


1. Droit et justice

- Le droit et la force.

* Rousseau Du contrat social : "Le plus fort n'est jamais assez fort pour être toujours le maître s'il ne transforme sa force en droit et l'obéissance en devoir."
* Deux types de sociétés : celles qui reposent sur le droit et celles qui abusent de violence.
* Qu'est-ce qu'une société pyramidale qui repose sur la force ?
* Définition d'une société qui repose sur le droit.
* Définition du droit (écrit et non écrit / garant de l'intérêt général / propre à une époque historique) et du devoir (la réponse citoyenne au droit).
* Le respect est ce qui rend possible la réciprocité du droit et du devoir.


- La légalité et la légitimité.

* Ni le tyran ni l'esclave ne sont libres.
* Le droit ne doit pas reposer sur une apparence de liberté, mais sur une légitimité.
* Droit ou devoir de révolte ?


- Les différentes formes de justices.

* Trois symboles : le bandeau, la balance et le glaive.
* Trois types de justices : l'égalité, l'équité et la répression.
* Comment conjuguer ces types de justices ?
* Un sujet de dissertation : Le justice suppose-t-elle l'égalité ?
* La question des droits de l'homme :
- Origine des droits de l'homme.
- Comparaison de l'article 1 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.
- L'épineuse question de la définition de la liberté (article 4 - DDHC) et de la propriété privée (article 17 - DDHC).
- Les droits de l'homme, une justice universelle ?


b. L'État et la société

- L'état de nature et l'État juridique.

* Du rapport entre L’État et la nation.
* La "société naturelle" selon Aristote.


-. Qu'est-ce que l'État ?

* Naissance de l’État à la fin du XVe siècle - exemple de Florence (Machiavel).
* Une société organisée.
* Un gouvernement autonome.
* Une personne morale.


- Peut-on se passer de l'État ?

* Le "tout-État", la perspective jacobine.
* Le "sans-État" : le pôle anarchiste et le pôle libéral.
* L’État provisoire : la perspective marxiste. Le communisme comme fin de L’État.
* Aspects positifs et négatifs des trois conceptions précédentes.


c. Le devoir

- Les différents paradigmes moraux.

* La morale du devoir (morale déontologique): Emmanuel Kant.
* La morale pragmatique (morale de la conséquence): Benjamin Constant.
* La morale de la vertu : Aristote.
* La morale "esthétique" : David Hume.


- Conflits intérieures et expériences de pensées.

* Aucune des morales précédentes n'est suffisante par soi-même.
* Une morale purement déontologique aurait tendance à ignorer les conséquences.
* Une morale trop pragmatique pourrait ignorer l'importance de poser des principes.
* Exemple d’expériences de pensée à partir du livre de Ruwen Ogien "De l'influence des croissants chauds sur la bonté humaine".


- La religion et la question de la laïcité.

- La religion
* L'idée de religion ne doit pas être réduite aux seuls monothéismes.
* Double étymologie latine du mot religion : "religare" (le lien) et "relegere" (recueillir)
* La question des dogmes et du "principe supérieur".
* Le paradoxe de la foi et le paradoxe de l'entité "matérielle".
* L'antiquité grecque et l'acte religieux : être digne de son humanité.
* René Descartes : Dieu comme gardien des vérités éternelles.
* Démocrite : la physique atomiste.
* Denis Diderot et le matérialisme.


- La laïcité

* Le laïc et le clerc.
* Les quatre espaces de la République : le privé, le lieu de culte, le public commun et le public laïc.
* La laïcité est garante de la liberté de pratiquer ou de refuser une religion.
* Nul de doit être empêché de pratiquer une religion et nul ne doit être contraint de pratiquer une religion.


d. Le bonheur NB. Le cours a été envoyé à tous les élèves via MBN

Introduction : le bonheur comme premier philosophique - L'antiquité grecque.

- Plaisir, joie et bonheur.

* Le plaisir en tant que jouissance.
* La jouissance est une idée qui est inapte au bonheur.
* Le plaisir peut être élaboré.


- L'expérience épicurienne.

* La philosophie d'Epicure.
* Le plaisir est-il nécessaire ? (les stoïciens)
* Le bonheur est-il nécessaire ? (Emmanuel Kant)


- Utopies et pessimisme.

* La négation du bonheur dans le pessimisme (Arthur Schopenhauer)

Ajout au cours sur le bonheur :

* Le bonheur dans l'Antiquité grecque.
* Utopies du XIXe siècle : le monde bourgeois, le communisme, l'anarchisme.
* Les grandes dystopies du XXe siècle.


II – L'HOMME


Introductionn

L'évolution de l'homme.
La conscience est le résultat d'une double évolution :
* Sélection naturelle.
* Évolution "historique" (de la pierre taillée jusqu'à l'outil informatique).


a. La conscience

- Perceptions et conscience.

* Perceptions animales et conscience humaine.
* Subjectivité et objectivité.
Vidéo : "Les primates et le miroir : la conscience de soi" - Visionner ou télécharger ici
* La réalité est une construction théorique.
* Le doute cartésien quant à la fiabilité de nos sens.


- Je pense donc je suis.

* Radicalisation du doute cartésien : le malin génie nous fait douter de notre raison.
* Le cogito, seule vérité indubitable.
* Exister c'est penser. Toute vérité repose donc sur la conscience.


- Le doute et l'idée de "Moi".

* David Hume : le cogito est un repère, pas une identité.
* Critique du dualisme cartésien.
* Le Moi repose sur des perceptions et des sentiments diffus.


Éléments de méthode : l'explication de texte pour l'épreuve de philosophie au baccalauréat.

b. Le désir et l'inconscient.

- Désirs et besoins.

* L'opposition "nature" et "culture".
* Le désir ne se résorbe pas dans son objet.
* Le désir peut générer du désir.


- Le désir comme l'essence de l'homme.

* Platon :
- Le dualisme âme / corps.
- Le corps est "la tombe de l'âme".
- Il ne faut aimer que la vérité.
* Descartes :
- La volonté doit s'imposer à nos passions.
* Spinoza :
- La vie est d'abord une puissance, un effort (le "conatus")
- Il ne saurait y avoir de raison sans émotions (le monisme)
- Les bons et les mauvais désirs.


- L'hypothèse de l'inconscient freudien.

* Freud et Charcot : l'hypnose et l'hystérie.
* Les actes manqués.
* Le rêve : "La voie royale vers l'inconscient".
* Deux représentations du psychisme :
- La représentation topique (conscience, préconscient et inconscient).
Image qui clôt le powerpoint sur cette "topique"
- La représentation dynamique : le Ça, le Moi et le Surmmoi.
* L'hypothèse de l’inconscient remet-elle en cause notre liberté ?
(Texte de Freud dans "Metapsychologie": "L'inconscient est une hypothèse nécessaire et légitime..."


c. Le temps

- L'espace-temps.

* Le temps des physiciens : linéaire et spatial.
* Le temps subjectif : fonction inverse de notre rapport à l'expérience + non linéaire.


- La durée.

- L'existence et l'horizon de la mort : l'angoisse et la finitude.
* La mort rend-elle la vie absurde ?


- Le temps comme condition de l'expérience : l'histoire.

* Hérodote et Thucydide.
* Hegel : la philosophie s'inscrit dans l'histoire et réciproquement.
* Marx : le matérialisme historique.


d. Le langage

- Le langage exprime le monde.

* Le langage est le véhicule culturel par excellence.
* Les trois point essentiels du langage : codification, information et émotions.
* L'animal : une conscience sans langage.
* L'homme : une conscience critique, symbolique.


- L'homme parle même quand il se tait.

* L'homme "est" un langage.
* La construction de la culture et l'identité humaine.
* Une éternelle quête de connaissance de soi.


- Tout vrai langage est incompréhensible.

* Tout ce qui se conçoit bien ne peut pas s'énoncer clairement.
* La fonction poétique du langage : "poiesis" signifie "création" en grec.
* Le Verbe au contact des mystère de la pensée.



III – LA CULTURE


Introduction

Culture et civilisation.
* L'homme est l'artisan de sa propre nature.
* La civilisation comme identité des peuples.


a. Le travail

- Survivre en maitrisant la nature.

* Platon, le mythe de Prométhée.
* Le travail, une valeur négative dans l'antiquité.
* Le travail comme malédiction dans la Bible.
* Penser le travail comme une force positive : il s'agit de rendre le monde habitable.
* Karl Marx, l'abeille et l'architecte : le travail matérialise des idées.


- Le maitre et l'esclave.

* Le processus dialectique : l'homme se transforme en transformant le monde.
* Le travail "libère".
* Friedrich Hegel, la dialectique du maître et de l'esclave.
* Le processus de libération historique de l'esclave, par le travail.
* Mais le travail peut être aliénant : Marx et la lutte des classes.
* L'apport aliénant de l'industrialisation : le taylorisme, le fordisme et le toyotisme.


- La question du loisir.

* La doxa et le loisir comme amusement, comme farniente.
* Le paradoxe de la "scholé", le loisir studieux.
* Activité émancipatrice et activité aliénante : le loisir ne s'oppose pas nécessairement au travail.


b. La technique

- Un monde d'artifices.

* La technique ne se limite pas à la technologie industrielle.
* Parallèle entre l'évolution de l'homme et l'évolution des techniques.
* Le monde humain est un monde d'artifices.


- L'outil comme instrument et comme concept.

* La main : l'outil des outils.
* L'outil prolonge la main , qui prolonge le cerveau.
* L'outil : un média entre un projet et sa réalisation.
* L"outil est "un concept matérialisé".


- La notion de "progrès" a-t-elle un sens ?

* L'évolution a deux faces : le progrès et la régression.
* L'homme est un être sans nature, l'outil lui permet d'évoluer.
* La technique humanise l'homme et humanise le monde.
* La technique est neutre, mais son usage est ambivalent.
* Du soc de charrue à l'épée : du meilleur au pire.
* Le problème des subséquences.
* "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" Rabelais
* La technique est un moyen et non une fin en soi.
* Les deux options : optimistes et pessimistes.


c. L'art

- Le beau et la question de la représentation.

* La différence entre l'artiste et l'artisan.
* Toute œuvre est "abstraite" : la question de la représentation.
* Emmanuel Kant : "L'art n'est pas la représentation d'une belle chose, ais la belle représentation d'une chose".
* Le beau naturel et le beau artistique.
* Oscar Wilde : "La nature imite l'art".


NB. Une partie des œuvres projetées en cours se trouvent à l'adresse suivante : cliquez ici

- Le génie.

* Kant : le génie est la faculté de créer des règles, là où il n'y a pas de règles.
* Ne pas confondre "être" un génie et "avoir" du génie.
* Ne pas confondre "originalité " et "excentricité".
* Le génie est destructeur car le génie est créateur :
Pablo Picasso : "Tout acte de création est d'abord un acte de destruction."
* Le génie est exemplaire - il inaugure de nouveaux paradigmes.


A VENIR


- Le jugement esthétique.

IV – LA VÉRITÉ


Introduction
Une histoire du processus scientifique.

a. La doxa et le paradoxe
- L'opinion commune (la "doxa").
- Le "paradoxe" comme arme critique.
- La "raison" comme paradigme philosophique.

b. Le raisonnement scientifique
- Inventer l'ordre du monde.
- Les logiques hypothético-déductives.
- La logique expérimentale.

c. Vérité et morale
- L'exigence du "dire vrai".
- Peut-on justifier le mensonge ?
- Toute morale est-elle une fiction ?




































.







































.

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 23/02/2021 @ 15:25
Catégorie : Aucune

Haut

LINUX - UBUNTU version 18.04
PHP version 5.5.38
Use


Page générée en 0,015 secondes